Lorsqu’il s’agit de créer une entreprise viable, faire un business plan et connaître des investisseurs ne font pas tout … loin de là.

En entrepreneuriat, l’atout indispensable pour transformer l’essai et s’approcher de ses premiers euros de chiffre d’affaires (le graal ultime), c’est la connaissance client … mais ça on en parlera plus bas 🤫. Dans cet article, on vous liste les 10 erreurs à éviter lorsqu’on veut créer une startup :

1. Commencer par créer un business plan

Depuis que vous avez commencé vos recherches pour monter votre projet innovant, vous ne faites que tomber sur un mot : le business plan. Document mystérieux de par sa complexité, il est néanmoins demandé par de nombreuses institutions. Vous regardez des tutoriels, vous essayez de remplir les cases, vous faites un dossier béton avec votre expert-comptable pour arriver rapidement au seuil de rentabilité … pour qu’on vous dise que vos hypothèses sont irréalistes. La tuile …

En effet, là est le paradoxe, vous n’avez jamais testé votre marché, jamais essayé de faire de l’acquisition, vous n’avez même pas encore fait un rendez-vous client et on vous demande de préparer un document résumant vos ambitions pour les prochaines années.

Tout ce prévisionnel peut être considéré comme une perte de temps à ce stade de l’aventure car fondamentalement il représente VOTRE réalité et non celle du marché.

Une ressource utile : 10 bonnes raisons de ne pas faire un business plan

2. Ne pas partager son idée

8 milliards d’humains sur terre (8 000 000 000), chacun avec son histoire et ses convictions et pourtant vous voilà avec l’idée du siècle ! Vite, il faut se dépêcher de la mettre en place avant qu’une personne ne le fasse à votre place, c’est votre ticket pour changer le monde 😱

Soyons honnête, quelle est la probabilité qu’une personne ait eu la même idée que vous sur les 8 milliards ? Elle est très grande en effet … Mais pourquoi vous n’en avez jamais entendu parler ? Même en faisant vos recherches, rien de bien inquiétant en terme de concurrence. Pourquoi ?

Car ce n’est pas avoir l’idée qui compte, c’est ce qu’on en fait (comme les cartes) ! Ce qui les différencie ce sont en général la stratégie et la vision du porteur de projet.

Ce qui en fait une succès story, c’est la façon dont les différentes parties prenantes sont intégrées au projet (du fournisseur au client), sans leurs remarques et leur connaissance du métier, vous allez investir plusieurs milliers d’euros pour créer un produit à côté de la plaque. Donc n’hésitez pas à parler de votre idée, vous inspirer des méthodologie comme le design thinking et vous aurez des remarques pertinentes pour créer le produit ultime. Et souvenez vous : personne n’a toute votre motivation pour mener à bien ce projet.

créer startup erreur
Créer startup : une des erreurs : ne pas partager son idée.

3. Ne jamais rencontrer son futur client

Votre client, c’est dans beaucoup de cas celui qui va payer pour utiliser votre produit (No Joke ?) mais celui-ci ne paiera que rarement pour quelque chose dont il n’a pas le besoin. Créer une solution qui ne répond pas aux envies est un gage de perte de temps et d’argent, j’en veux pour preuve le nombre de start-up qui échouent la première année. Mais alors, comment éviter ça ?

La méthodologie Lean Startup, que l’on utilise à l’incubateur de Schoolab recommande de concevoir le produit par étapes en le confrontant au fil du temps à la réalité du marché et/ou des utilisateurs et donc de votre client, vous réduisez ainsi le risque de te tromper dans la création de votre produit. Pour en savoir plus sur cette méthodologie, voici une vidéo qui pourrait vous plaire.

4. Etre amoureux de son idée

Après avoir parlé à toute votre famille de votre idée, vous vous lancez, vous avez suivi scrupuleusement toutes les étapes qu’on vous a conseillé, regardé un nombre incroyable de vidéos et pourtant … Vous n’arrivez pas à décrocher d’entretien avec des clients ou quand vous y arrivez, cela ne va pas plus loin … Il se passe 1 mois, 2 mois, 6 mois et toujours pas de business …

Il est probable que votre observation (qui a donné naissance à ce produit) ne soit pas totalement complète. C’est un sentiment très compliqué à gérer mais il faut savoir se détacher de son idée de base. La conclusion que vous avez tirée de l’observation ne correspond pas forcément à la réalité du marché. Il faut donc accepter de changer ce qu’on avait en tête pour mieux y coller.

« Ainsi, c’est le besoin pratique qui dicte la configuration technique à adopter et non plus l’inverse. »

L’école du Design

5. Vouloir un produit parfait dès le début / Investir dans le développement du produit directement

Votre solution est innovante ! Vous le savez, vos proches aussi. Vous avez imaginé toutes les fonctionnalités et vous avez demandé des devis à différents freelances. Le résultat tombe : pour faire la version parfaite de votre produit c’est 40 000€ …

Un peu excessif pour un produit dont on n’est pas sur de l’attrait. Le plus simple, c’est d’aller tester le marché avec un MVP : (Minimum Viable Product), une version allégée de votre produit avec seulement LA fonctionnalité qui va répondre au besoin identifié.

Par exemple : vous voulez faire une marketplace ? Au début, un excel est suffisant, vous vous chargez de faire les premières mises en relation et c’est parti à vous les premiers $, le tout sans avoir dépensé 40k €.

Pour ceux qui ont déjà validé leur idée et qui ont besoin d’aide pour développer leur MVP, on a créé une formation que vous pouvez retrouver ici.

L'erreur majeure lors de la création d'une startup : ne pas parler à son client ...
L’erreur majeure lors de la création d’une startup : ne pas parler à son client …

6. Embaucher des stagiaires pour tout faire

La tech’ ou la prospection ce n’est pas le point fort de tout le monde et c’est bien compréhensible. La solution la plus efficace et économique semble être de prendre des stagiaires afin d’éviter de réaliser ces tâches.

Un stagiaire est là pour apprendre et être encadré, non pas pour être votre CTO ou votre commercial principal. Baser votre entreprise sur les compétences d’une personne en formation n’est pas une mauvaise chose, c’est simplement un risque qu’il faut cadrer et mesurer. Il nous est arrivé plusieurs fois de voir des projets retardés car les estimations des développeurs juniors en stage n’étaient pas correctes, cela arrive mais il ne faut pas leur en vouloir, ils apprennent …

7. Ne pas faire sa prospection soi-même

« Si je n’arrive pas à faire de la prospection, pourquoi pas déléguer ça à quelqu’un d’autre ? »

Oui … mais non. Pas au début. L’idée est bonne car pour créer une entreprise compétitive, il faut recruter des personnes qui sont meilleures que vous dans tous les domaines et constituer une dream team. On vous conseille d’ailleurs le livre de Geoff Smart : Who: The A Method for Hiring qui explique comment embaucher les bonnes personnes pour accroître sa réussite.

Mais dans un premier temps, ce que vous voulez, c’est comprendre comment et pourquoi votre client va acheter votre produit. Vous allez comprendre quels sont les arguments dans votre discours qui le font réagir mais aussi vous collecterez ses premiers retours (les fonctionnalités préférées etc). Et comme nous l’avons dit plus haut, il n’y a rien de plus précieux.

8. Commencer par aller chercher de l’argent

Soyons clair : la création d’activité peut se retrouver vite très couteuse lorsqu’on finance en fonds propres. En France, rares sont les organismes d’investissement qui vont vous donner de l’argent sans que vous ayez testé votre marché. Le risque est trop grand, vous n’avez pas construit votre produit, encore moins fait des ventes et testé votre modèle économique. Vous n’avez aucuns chiffres cohérent dans lesquels ils peuvent se projeter …

Cependant, il existe quelques financeurs dont les fond d’investissement qu’on appelle pré-seed (fond d’amorçage) qui aident les entrepreneurs à lancer leur activité. Ils vont financer l’élaboration du produit ou service ainsi que l’offre commerciale mais ce ne seront pas des millions 😉 .

Au delà des financements privés, il est aussi possible d’aller chercher des aides à la création comme les bourses French Tech, Innov’UP etc afin de donner un coup de boost au développement du projet innovant et ensuite vous permettre d’aller chercher un prêt bancaire conséquent afin de faire grossir la trésorerie.

Et il ne faut bien sûr pas oublier Pôle Emploi, si vous avez été salariés, vous avez le droit à des allocations qui vont vous permettre de continuer à avoir un revenu tout en vous lançant votre société.

9. Baser sa stratégie sur des hypothèses

Mesurer, mesurer, mesurer tel doit devenir votre nouveau mantra. Devenir entrepreneur, ce n’est pas prendre des risques, c’est tenter par tous les moyens de les réduire. Rien ne doit être laissé au hasard, vous devez savoir combien de personnes ont visité votre site, où est-ce qu’ils ont cliqué, combien n’ont pas été au bout de votre funnel de conversion, le coût par impression de votre publicité …

Seules des statistiques aussi précises vous permettront de prendre les décisions adéquates et de savoir s’il faut ajuster votre business model, votre message, savoir si votre call to action n’est pas celui qui converti le mieux etc

10. Ne pas étudier son marché et ses concurrents

Lorsque vous créez votre jeune entreprise, ça part généralement du sentiment qu’il manque quelque chose sur le marché. Vous avez rencontré un besoin et vous pensez que potentiellement d’autres personnes sont prêtes à payer pour que ce besoin soit comblé. Beaucoup de personnes vont vous conseiller de payer un cabinet pour faire votre étude de marché mais vous n’avez pas l’argent …

Du coup, vous faites une recherche Google avec votre idée, et BINGO aucun concurrent vous êtes le premier. Comme nous l’avons vu précédemment, il est peu probable que vous soyez le seul à avoir une idée. Il est même presque certain que d’autres personnes aient déjà travaillé dessus. Mais elles n’en sont qu’au début et leur site n’est pas bien référencé sur les mots clé que vous avez cherché, vous ne les avez donc pas trouvés.

Faites donc une analyse plus précise sur d’autres mots clés, d’autres sites comme facebook avec les groupes d’entrepreneurs, linkedin etc pour les connaître et savoir s’il y a un marché. Regardez le nombre d’entreprises, depuis combien de temps elles sont créées, s’il y a des actualités à leur propos (levée de fonds, record d’inscrits, rachat etc) mais observez bien leurs réseaux sociaux, comment ils communiquent, s’ils font de la pub, à qui elle s’adresse ?

C’est une mine d’or pour débuter son projet.

Cet article a pour but de vous montrer qu’un accompagnement pour monter son entreprise est un gain de temps inestimable, vous serez accompagnés par des personnes qui ont vécus ces mêmes problèmes et sauront vous aiguiller pour que vous puissiez vous démarquer rapidement. Alors si ça vous intéresse d’accélérer votre projet, candidatez ici.