Tout ce qu’il faut savoir sur le financement

Depuis la crise de 2008 et même des années auparavant, l’accès au financement est l’un des principaux facteurs de développement d’une entreprise et surtout, de pérennité des PME. En effet, la situation économique et financière de ces dernières années ralentit l’accès au financement des PME. Ce phénomène s’est récemment amplifié lors de la crise de la COVID-19, les investisseurs étant plus prudents.

D’autre part, le rapport de l’OCDE (2007, p. 40) établit le constat alarmant que les PME représentent la quasi-totalité des entreprises françaises et génèrent plus de la moitié du PIB de la France. En ce sens, une prise de conscience s’instaure. Il devient important de s’interroger sur l’accès au financement des PME et des micro-entreprises, tel un véritable enjeu de développement économique.

En outre, il existe une multitude de solutions en Europe pour obtenir des financements dans le but de développer son activité. Le fait est que sur le marché, les PME sont en concurrence avec les grands industriels sur des modes de financement qui ne sont souvent pas adaptés à leurs besoins. La Commission européenne et la Banque centrale européenne nous permettent (à travers ce graphique, p32) de dresser le rapport sur les sources externes de financement des PME. Le résultat est probant, les PME sollicitent très majoritairement l’aide des banques. Les financements alternatifs dont le crowdfunding n’apparaissent même pas sur le graphique.

Voici les points abordés dans cet article :

  • Qu’est-ce qu’un financement ?
  • Pourquoi financer une entreprise ?
  • Quels sont les 3 modes de financement ?
  • L’accès aux financements alternatifs : différents types de crowdfunding.

Qu’est-ce qu’un financement ?

Dans le principe, le financement consiste à trouver des moyens d’acquérir des ressources financières pour mener à bien une entreprise. Pour pouvoir s’en sortir, il est souvent nécessaire d’avoir un certain montant d’argent en banque ou de disposer de liquidités. En somme, le financement comprend trois parties :

 

  • Le financement des ressources,
  • Le financement de l’entreprise,
  • Le financement des risques.

 

Par ailleurs, les ressources qui peuvent être utilisées pour financer un projet sont diverses. Elles peuvent être matérielles (biens) ou immatérielles (territoires, connaissances, clientèles). Il ressort aussi que les ressources peuvent être de nature monétaire (actifs financiers) et non monétaire (actif non financier).

Objectivement, le financement de l’entreprise fait référence à l’ensemble des moyens mis à disposition de l’entreprise par ses différents actionnaires, tels que le personnel, les salariés, les actionnaires, les investisseurs, les banques, les fournisseurs ou encore, les clients,….

En effet, l’ensemble de ces moyens permet à l’entreprise de se développer et d’assurer sa pérennité. De cette manière, le financement permet à l’entreprise de financer les bâtiments, équipements, matières premières, produits semi-finis, stocks, machines, matériel,… De plus, le financement permet à l’entreprise de financer les charges d’exploitation :

 

  • Salaires.
  • Charges sociales : sécurité sociale, retraite.
  • Charges diverses : loyer, frais généraux, frais financiers,…

 

Enfin, le financement permet à l’entreprise de financer les investissements : recherche et développement, marketing, publicité.

Pourquoi financer une entreprise ?

Au premier abord, les entrepreneurs ont besoin de financement pour développer leurs entreprises. Avec de l’argent, ils peuvent se procurer des produits et des services dont ils ont besoin pour améliorer leur productivité. Le financement permet aussi de faire face aux imprévus.

Par exemple, si un entrepreneur doit se procurer un nouveau matériel coûteux pour augmenter sa productivité, cela peut prendre un certain temps avant que cette nouvelle machine soit livrée. Le financement peut alors aider à financer les coûts supplémentaires qui sont imposés par cette nouvelle machine pendant l’attente.

D’ailleurs, le financement permet aussi aux entreprises d’éviter des problèmes de liquidité. À cet effet, les entrepreneurs doivent payer leurs employés et leurs fournisseurs. Parfois, ils peuvent être obligés de faire face à des impayés. Il est difficile d’aller à leur rencontre s’ils ne disposent pas de fonds suffisants pour le faire. L’argent des investisseurs permet d’éviter ces difficultés.

Financer une entreprise peut permettre de :

 

  • Diversifier vos offres.
  • Former vos équipes.
  • Racheter d’autres sociétés.
  • Embaucher du personnel : stage, alternance, CDI, CDD.
  • Envisager une expansion géographique, une internationalisation.
  • Couvrir votre besoin en fonds de roulement, les pertes,…
  • Investir pour optimiser les coûts et améliorer le profit.

Quels sont les 3 modes de financement ?

Le financement se distingue en trois sources principales : 

  • Le financement en fonds propres.
  • Le financement par la dette.
  • Les financements qualifiés d’alternatifs.

 

Le financement d’une entreprise est une étape cruciale. Cette dernière peut en effet dépendre de la manière dont vous allez vous y prendre. En fonction du type de financement que vous choisissez, il est nécessaire de faire des choix stratégiques différents. Au cours de cette étape, il est important de bien comprendre les différentes options qui s’offrent à vous. De la sorte, vous pouvez éviter de commettre des erreurs qui coûtent beaucoup d’argent.

Il est aussi utile de savoir que les différents financements ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients. Il est alors important de bien choisir en fonction de vos besoins. Vous ne pouvez pas opter simplement pour le financement qui vous plaît le plus.

 

1. Le financement en fonds propres

 

De façon globale, les fonds propres sont aussi régulièrement nommés “capitaux propres”. Ils correspondent à l’argent apporté par les fondateurs, associés à la création de la société. Les fonds propres, c’est l’argent disponible sur le compte bancaire de la société au stade 0. Les fonds que votre activité produit viennent s’ajouter au fur et à mesure au capital social de l’entreprise.

L’apport en fonds propres peut être sous forme de capital social, mais aussi sous forme d’apports en comptes courants d’associés. D’autant que les associés peuvent avancer une certaine somme d’argent à la structure, avec un remboursement au bout d’une certaine période.

 

2. Le financement par la dette

 

La définition du financement par la dette, c’est contracter un emprunt auprès d’institutions ou de particuliers. Les institutions financières peuvent être des banques, structure de crédits ou organisme de l’État. Par exemple, les particuliers peuvent être des investisseurs privés.

Le fonctionnement du financement par la dette est simple, un prêteur avance de l’argent à crédit au demandeur (une entreprise) qui s’engage à rembourser cette somme, selon certaines garanties qualifiées d’intérêts.

Les avantages du financement par la dette sont la limitation de l’investissement en capitaux propres, la création d’un effet de levier financier et l’augmentation de la rentabilité financière de l’entreprise.

 

3. L’accès aux financements alternatifs : différents types de crowdfunding

 

En première intention, il est important de définir et de comprendre les différents types de crowdfunding, liés à des objectifs et à des enjeux différents. Tout d’abord, il existe deux types de crowdfunding. D’une part, le crowdfunding basé sur le don qui complémente une contrepartie, ou non. D’autre part, le crowdfunding lié à l’investissement : fonds propres, prêt, redevance.

 

Le crowdfunding basé sur le don

Par essence, le crowdfunding basé sur le don est une solution très courante dans les projets sociaux, caritatifs ou associatifs. Le principe est simple : les financeurs donnent de l’argent sans attendre de retour, ou du moins la satisfaction d’aider un projet qui leur est utile. L’avantage est qu’il n’y a aucun risque. En contrepartie, le financeur ne dispose d’aucune sécurité derrière son investissement. Si le montant du financement recherché est élevé, cette méthode peut ne pas être alors la plus adaptée.

 

Le crowdfunding basé sur la récompense

Le crowdfunding basé sur la récompense est un modèle tout aussi simple. Le financeur reçoit un produit ou un service en échange de son financement. La mise est double, le financeur peut généralement bénéficier de prix réduits. Quant au porteur de projet, ce dernier bénéficie de l’argent collecté pour lancer son produit ou service.

Une des limites de ce modèle, souvent mentionnée par les contributeurs, est le temps de production. Il est nécessaire de pouvoir attendre 6 mois pour recevoir son produit par exemple. Des sommes de plus en plus importantes sont collectées en précommande. Dans la réalité, de nombreux petits porteurs de projets sont soumis à des difficultés à financer leurs projets.

 

L’equity crowdfunding

L’equity crowdfunding est plus une approche d’investissement. Burkett (2011), décrit l’equity-based crowdfunding comme une opération permettant à un individu d’acheter des actions d’une entreprise. Le principe est similaire à celui d’une opération de levée de fonds, les actions sont échangées contre un financement.  Il est important de noter que ce type d’investissement a lieu dans les pays les plus développés et nécessite une certaine phase de maturité de la structure qui recherche des fonds.

En effet, présenter des chiffres précis et des signaux de croissance ne peut qu’intéresser les financeurs. Il ressort que la plateforme Tudigo est l’une des plus répandues en France pour ces besoins de crowdfunding en equity. Le rapport Massolution (2013, p.44) explique que l’equity-based crowdfunding peut être particulièrement avantageux pour les investisseurs. Si le projet est en croissance, la valeur des actions augmente. En revanche, si le projet échoue, la dette à récupérer doit être aussi probablement remboursée par les financeurs.

Ce type de crowdfunding est une forme alternative de financement. Les financiers contractent une dette envers le porteur de projet, qui doit rembourser la somme en échange récurrent et avec un taux d’intérêt. Cette opération se distingue par le prêt peer-to-peer (P2B), principalement accordé aux PME, et également par le prêt peer-to-peer (P2P). L’avantage pour l’investisseur est d’avoir une première visibilité sur le gain potentiel avec le taux d’intérêt fixe. Cette méthode est essentiellement utilisée par les entreprises qui génèrent déjà des ventes, avec un flux de trésorerie positif, et qui ont besoin de trouver une alternative au système traditionnel basé sur les actions.

 

Le crowdfunding basé sur les redevances

Ce financement permet aux investisseurs d’être rémunérés par un pourcentage du chiffre d’affaires. L’avantage est d’autant plus avéré pour le porteur de projet. Ce dernier évite une dilution du capital et du pouvoir de décision au sein de son entreprise. Les investisseurs peuvent potentiellement gagner beaucoup d’argent et aussi en perdre potentiellement. En effet, l’entreprise peut cesser de verser l’argent si elle choisit de fonctionner sans la propriété intellectuelle initiale.

L’accès au financement vous permet ainsi d’acquérir des ressources financières pour développer votre entreprise. A contrario, ces fonds vous permettent également de faire face aux imprévus et de pouvoir rebondir. Parmi ces sources de financement, vous pourrez solliciter le financement par la dette (crédit), le financement en fonds propres ou encore les financements alternatifs, tels que le crowdfunding. La vigilance est de mise sur la quête de financement qui ne doit en aucun cas être une finalité, mais bien un moyen.

Lire plus sur le financement

Plus d'information sur le financement

Contactez-nous